Langage des sans-voix (Le)
Langage des sans-voix (Le)
Bienfaits du militantisme pour la démocratie (Les)
D'Arcy, Stephen  
  • Éditeur : Écosociété
  • Collection : Ecosociété
  • EAN : 9782897192426
  • Code Dimedia : B0009259
  • Format : Broché
  • Thème(s) : SCIENCES HUMAINES & SOCIALES
  • Sujet(s) : Engagement / Citoyenneté, Politique
  • Pages : 248
  • Prix : 25,00 $
  • Paru le 21 mars 2016
  • Statut : Disponible
  • Code de recherche: LANSAV
  • Groupe: Sciences humaines
  • Date de l'office: 17 mars 2016
  • Langue d'origine: français
EAN: 9782897192426

Aussi disponible en version numérique:

pdf_25ePub_25

« Ce qu’il faut comprendre », insista un jour Martin Luther King, « c’est qu’une émeute est le langage des sans-voix ». Le recours à l’émeute, suggérait-il, est rarement un signe d’irrationalité ou le résultat d’une mentalité de foule. Elle est plus souvent le fait de gens marginalisés qui cherchent à faire entendre leur voix, à affirmer leur refus d’être ignorés, d’être réduits au silence. Et si, en certaines occasions, ces excès de « violence » n’étaient pas condamnables, mais au contraire légitimes, voire admirables, puisqu’elles rendraient les revendications de ceux et celles qui sont exploité.e.s et opprimé.e.s impossibles à ignorer ?
 
Telle est la question en filigrane de cet éclairant essai du philosophe canadien Stephen D’Arcy. Depuis 2011, une nouvelle vague de manifestations, révoltes et autres émeutes a touché l’ensemble du globe, des printemps arabes aux multiples mouvements d’occupations des places des grandes capitales. Comme d’autres avant elle, une nouvelle génération privée de droits et de perspectives cherche à faire entendre sa voix, tout en devant faire face à une répression parfois impitoyable. Nous mettant au défi de considérer que de mettre le feu volontairement à des bâtiments abandonnés, de déployer des tactiques de black bloc et de pratiquer des actions de sabotage sont des formes possiblement légitimes d’action militante, l’auteur se demande s’il est ainsi acceptable de faire preuve de « violence » à l’intérieur de luttes sociales et politiques. Établissant une démarcation nette entre une pratique militante justifiée et non justifiée à travers ce qu’il nomme le « modèle démocratique », D’Arcy montre que l’élément crucial dans toute discussion sur les tactiques et stratégies militantes doit porter sur la nature démocratique ou non de telle ou telle action, et non sur la sempiternelle dichotomie violence/non-violence.
 
Après avoir exposé les mérites de l’action militante dans le cadre d’une société démocratique, Stephen D’Arcy définit son « modèle démocratique » et les critères à prendre en compte pour juger une pratique militante démocratique et, par conséquent, légitime. Illustrant ensuite sur le plan historique ce que constitue une action militante démocratique exemplaire, l’auteur passe finalement en revue toute une série de stratégies de lutte, des plus « inoffensives » aux plus « combatives », de la simple désobéissance civile à la lutte armée.
 
À la fois une considération des aspects éthiques et politiques de l’action militante et un examen de l’histoire de la dissidence et de la résistance citoyenne et des stratégies qu’elles ont déployées, Le langage des sans-voix soutient avec force l’idée que la pratique militante ne constitue pas un danger pour la recherche de consensus en matière de normes démocratiques. Bien au contraire, le militantisme est plutôt un remède légitime à l’intransigeance des élites et à des systèmes de pouvoir sourds aux revendications populaires et qui ignorent ou cherchent à museler toute voix dissidente.




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.