Pratique du roman (La)
Pratique du roman (La)
Collectif  
Daunais, Isabelle (Sous la direction de) 
Ricard, François (Sous la direction de) 
  • Éditeur : Boréal
  • Collection : Essais et Documents
  • EAN : 9782764621530
  • Format : Broché
  • Pages : 144
  • Prix : 15,95 $
  • Paru le 9 janvier 2012

Aussi disponible en version numérique:

pdf_25ePub_25

Textes de Gilles Archambault, Nadine Bismuth, Trevor Ferguson, Dominique Fortier, Louis Hamelin, Suzanne Jacob, Robert Lalonde et Monique LaRue.

Il existe, dans les domaines français et anglo-saxon, une longue tradition de réflexion sur ce qu’on peut appeler l’art du roman. De Virginia Woolf à Milan Kundera, elle a été particulièrement riche au XXe siècle et se poursuit aujourd’hui. Curieusement, cette réflexion est rare au Québec. Les romanciers parlent volontiers de leur œuvre ou de leurs projets, ou encore de la littérature en général, mais peu de l’art précis qu’ils pratiquent (les poètes, en cela, sont beaucoup plus prolixes).

Pourtant, le roman constitue ici comme ailleurs une forme artistique majeure et il n’échappe en rien aux grandes questions – sur sa spécificité, son rôle, ses limites – qui partout se posent à lui. Mieux encore : à ces grandes questions s’ajoutent celles qui sont propres au contexte littéraire québécois comme aux conditions dans lesquelles s’exerce ici l’imaginaire romanesque.

C’est pour répondre à cette lacune et entendre la voix des romanciers québécois sur l’art du roman que l’équipe de recherche TSAR (Travaux sur les arts du roman) de l’Université McGill a tenu, en mars 2011, une journée consacrée à la « pratique du roman ». Ont participé à cette journée Nadine Bismuth, Trevor Ferguson, Dominique Fortier, Louis Hamelin, Suzanne Jacob et Robert Lalonde. S’ajoutent dans ce volume les contributions de Gilles Archambault et de Monique LaRue. Il était entendu que la réflexion des romanciers invités à cette journée serait la plus libre possible et qu’elle pouvait porter sur n’importe quel aspect de l’art romanesque, du plus singulier au plus général, la seule condition étant que cette réflexion soit celle non d’un critique, mais d’un praticien.

Les textes réunis ici ont été écrits dans le cadre de cette journée, dont ils constituent le prolongement.

AUTEUR(S)

Isabelle Daunais est professeur au département de langue et littérature françaises de l’Université McGill. Elle est également secrétaire de rédaction et collaboratrice de la revue littéraire L’Inconvénient.

Professeur titulaire de lettres françaises et québécoises à l’Université McGill, François Ricard est notamment l’auteur d’une biographie de Gabrielle Roy (Gabrielle Roy, une vie, Boréal, 1996) et d’un essai sur l’œuvre de Milan Kundera (Le dernier après-midi d’Agnès, Gallimard, 2003).

Service de presse (pour le Canada seulement) :
Gabrielle Cauchy, attachée de presse
514 336-3941 poste 229 / cauchy@dimedia.qc.ca




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.