Pour une critique de la violence
Pour une critique de la violence
Benjamin, Walter  
Wiser, Antonin (Traduit par) 
  • Éditeur : Allia
  • Collection : Petite collection
  • EAN : 9791030410549
  • Code Dimedia : 000200514
  • Format : Livre numérique EPUB
  • Thème(s) : DIVERS, SCIENCES HUMAINES & SOCIALES
  • Sujet(s) : Divers, Philosophie, Violence
  • Prix : 7,99 $
  • Paru le 21 mai 2019
  • Plus d'informations...
EAN: 9791030410549

Aussi disponible en version numérique:

pdf_25

Benjamin ne critique pas naïvement la violence, il en étudie méthodiquement les ressorts afin de pouvoir fonder en raison une véritable justice sociale.

Quelle serait la validité morale de la violence en tant que moyen dès lors que les fins sont justes ? Pour le droit naturel, seule la justesse de la fin compte. Pour le droit positif, tout droit s’établit sur la critique des moyens. Or, il convient de distinguer les différents types de violence indépendamment des circonstances de leur exercice. Pour Benjamin, c’est in fine le droit qui s’octroie le privilège de la violence vu qu’il serait menacé si elle venait à s’exercer en dehors de lui. La violence peut être fondatrice de droit ou lui être inhérente, raison pour laquelle le pouvoir y recourt. Le droit positif constitue aux yeux de Benjamin un obstacle à une justice véritable et plaide pour l’usage de moyens d’action « purs », parmi lesquels la grève générale.

AUTEUR(S)

Proche de Theodor Adorno, Gershom Scholem et Bertolt Brecht, Walter Benjamin (1892-1940) a d’abord été critique littéraire, avant de publier en 1928 Rue à sens unique (Allia, 2015) et Origine du drame baroque allemand. Il publie également dans des revues Petite Histoire de la photographie (Allia, 2012), préfiguration de L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique (Allia, 2011). Exilé à Paris en 1933, il gagne l'Espagne. Or, menacé d'être remis aux Allemands, il se suicide en 1940.




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.