Disparaître
Disparaître
Autour de 11 oeuvres de Sylvie Cotton
Desautels, Denise  
Cotton, Sylvie (Illustré par) 
  • Éditeur : Noroît (Du)
  • Collection : Hors-collection
  • EAN : 9782897663070
  • Code Dimedia : 000222449
  • Format : Livre numérique PDF
  • Thème(s) : BEAUX-ARTS, JEUNESSE, LITTÉRATURE - FICTION & ESSAI
  • Sujet(s) : Arts, Arts graphiques, Litt. jeunesse québécoise, Poésie
  • Prix : 18,99 $
  • Paru le 16 août 2021
  • Plus d'informations...
EAN: 9782897663070

Aussi disponible en version numérique:

ePub_25

À l’origine de Disparaître, il y a la rencontre entre Denise Desautels et le travail et l’artiste Sylvie Cotton, dont l’œuvre homonyme a bouleversé la poète et lui a donné l’élan et la ferveur pour assumer jusqu’au bout sa folie. L’auteure choisit ce face à face avec un miroir, sa cendre - et toutes les mémoires qu’elle porte en elle -, et son écriture y trouve sa voie/voix.
 
Pour chaque nouveau chapitre, une nouvelle œuvre, où le corps dedans (cœur, crâne ou ossature) comme dehors (feu, déplacement ou noyade) frôle le péril. Ainsi accompagnés dans la fiction, ses mots n’ont toutefois peur de rien : ni du risque, ni des larmes, ni des âmes et des êtres souffrants, ni, surtout, de cette « mort [qui] approche ». Une lumière émanant tant de l’artiste que de ses œuvres a permis au regard et à l’écriture de la poète de se poser sur des corps et des cœurs blessés. À deux, le brouillard se traversant mieux, son désarroi – face à tout ce qui souffre, à tout ce qui se perd – s’inscrit ici de manière lumineuse.

AUTEUR(S)

Figure incontournable de la littérature québécoise, Denise Desautels a publié plus de 40 recueils de poèmes – dont une quinzaine aux Éditions du Noroît –, récits et livres d’artiste, qui lui ont valu de nombreuses distinctions parmi lesquelles le prix Athanase-David et le prix de Littérature francophone Jean Arp. Elle est également l’auteure de plusieurs dramatiques radiophoniques dont l’une, Voix, a été primée par les radios publiques de langue française. Elle a publié récemment en France, trois petits livres aux titres éloquents, en ce qui concerne son travail toujours lié à celui d’artistes visuels, lié aussi à la douleur et au deuil tant intimes qu’universels : Noirs et L’heure violette, avec l’artiste Erika Povilonyté, à L’Atelier des Noyers, et Disparaître (détail), une première version du premier texte du présent ouvrage élaboré en complicité avec l’artiste Sylvie Cotton, au Petit Flou. Denise Desautels est membre de l’Académie des lettres du Québec et de l’Ordre du Canada.
 
AU NOROÎT, Disparaître (2021) est son dix-septième livre.


Sylvie Cotton fait appel depuis toujours à divers médiums : performance et art action, écriture et livre d’artiste, dessin, installation et photographie. Les œuvres s’accomplissent dans une esthétique de cordialité, de foisonnement, de fonte et d’union et les formes empruntent aux modes de l’offrande ou de la collection. Elle a présenté ses projets de performance et d’exposition au Québec, aux États-Unis, en Europe, au Mexique et au Japon. Depuis 2006, elle a publié quatre livres d’artiste, Je préfère tout (Les Îles fortunées), On est tous la même personne (Clark), L’Instinct dans l’instant (Turbine) et Avec du l’autre (Sagamie/3 e impérial); et une monographie sur la pratique artistique en résidence, Désirer résider (Sagamie). Elle a aussi, en complicité avec l’historienne de l’art Nathalie De Blois, fait paraître un livre sur sa démarche d’artiste en arts visuels, Moi aussi (Les petits carnets). Depuis 1993, elle a de nombreuses fois reçu le soutien du Conseil des arts et des lettres du Québec, du Conseil des Arts du Canada et du Conseil canadien de recherche en sciences humaines. Elle a complété un doctorat en études et pratiques des arts (UQAM, 2021).
 
AU NOROÎT, on retrouve ses œuvres dans Disparaître (Denise Desautels, 2021).

Extrait

Une lumière s’élève dans le décor
où tu joues avec le feu.
Et le film tourne en boucle
bien avant l’écriture du naufrage.
Et le tourment de l’air

le long des murs du jardin vibre
clos – toucher sa peau toucher ma peur.
Il ne serait pas question – pas encore
d’enchâsser la cendre.




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.