Capitalisme, c'est mauvais pour la santé (Le)
Capitalisme, c'est mauvais pour la santé (Le)
Une histoire critique des CLSC et du système sociosanitaire québécois
Plourde, Anne  
  • Éditeur : Écosociété
  • Collection : Polémos
  • EAN : 9782897197032
  • Code Dimedia : 000214908
  • Format : Broché
  • Thème(s) : SANTÉ & PSYCHOLOGIE, SCIENCES HUMAINES & SOCIALES
  • Sujet(s) : Économie, Économie sociale, Histoire - Québec / Canada, Politique - Québec / Canada, Santé / Médecine
  • Pages : 192
  • Prix : 27,00 $
  • Paru le 5 avril 2021
  • Plus d'informations...
EAN: 9782897197032

Aussi disponible en version numérique:

pdf_25ePub_25

La crise sanitaire, économique et sociale découlant de la pandémie de COVID-19 n’est qu’une «répétition générale» des catastrophes auxquelles sera confrontée l’humanité si elle ne parvient pas à limiter le réchauffement planétaire. Or, le réseau sociosanitaire québécois, affecté par 40 ans de réformes néolibérales, est très mal préparé pour affronter de tels bouleversements. Pour Anne Plourde, le diagnostic est clair: le capitalisme, c’est mauvais pour la santé.

Coupes massives, dégradation des conditions de travail, pénuries de personnel, rémunération indécente des médecins, bureaucratisation à outrance, modes de gestion autoritaires et privatisation croissante des services... Dans une analyse aussi limpide que pénétrante, Anne Plourde met en relief le rôle du capitalisme et de la lutte des classes dans cette détérioration du système public de santé québécois. En prenant appui sur l’histoire des Centres locaux de services communautaires (CLSC), elle livre une critique abrasive du modèle de soins dominant, centré sur «le bon docteur, l’hôpital et le pilulier».

Le capitalisme, de par sa nature même, crée des conditions de vie nocives pour les individus et la planète. Et en médicalisant les problèmes sociaux et politiques, il dépolitise les enjeux liés à la santé. Heureusement, ce n’est pas la seule avenue possible. Lutter pour dépasser ce système basé sur l’exploitation et la domination, bâtir des services de santé démocratiques et robustes, voilà ce qu’on peut faire de mieux pour garder la santé!

AUTEUR(S)

Détentrice d’un doctorat en science politique de l’Université du Québec à Montréal, Anne Plourde est chercheuse postdoctorale à l’Université York et à l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (IRIS). 




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.