Chinois du XIVe (Le)
Chinois du XIVe (Le)
Van Peebles, Melvin  
Topor, Roland (Dessins de) 
  • Éditeur : Wombat
  • Collection : Insensés (Les)
  • EAN : 9782919186730
  • Code Dimedia : 000144426
  • Format : Livre numérique PDF
  • Thème(s) : LITTÉRATURE - FICTION & ESSAI
  • Sujet(s) : Littérature française
  • Prix : 19,99 $
  • Paru le 16 février 2015
  • Plus d'informations...
EAN: 9782919186730

Aussi disponible en version numérique:

ePub_25

D’étonnantes histoires de bistrot, plus vraies que nature, écrites dans Hara-Kiri par l’auteur et cinéaste américain Melvin Van Peebles.
 
Mais où est donc passé le Chinois ? s’interrogent les habitués du Mon Moulin, petit café parisien du XIVe arrondissement, qu’une coupure de courant dans le quartier rassemble autour d’une lampe et d’une bouteille de vin, entre chien et loup. Du patron à la bonne, du représentant en vins au clochard, chacun livre alors une histoire – vies chaotiques, destins improbables et rêves brisés par la guerre ou la pauvreté, autant de fragments d’une humanité aussi crue que cocasse. Car Melvin Van Peebles restitue la voix populaire des troquets du début des années 1960 dans un style savoureux, un français de la rue métissé de sa propre langue, d’une émouvante poésie.
 
Ces contes de bistrot au réalisme magique teinté d’humour noir sont illustrés par Roland Topor, qui créera quinze ans plus tard son propre Café Panique.

« Melvin Van Peebles n’écrit pas dans sa langue natale. Il fallait le dire d’abord parce que le ton sonne si juste, ici, que nous croirions entendre un authentique citoyen du XIVe – ou de tout autre arrondissement populaire. C’est le ton de la rue, le ton des petites gens, dont certains eurent une jeunesse qui valait beaucoup mieux que leur avenir, et qu’ils évoquent parfois... » (André HARDELLET, extrait de la préface)

AUTEUR(S)

Cinéaste, acteur, musicien et écrivain, Melvin Van Peebles, né en 1932 à Chicago, réalise plusieurs courts-métrages aux États-Unis avant de venir à Paris à l’été 1960, sur l’invitation de la Cinémathèque française. Sans un sou, il survit d’expédients et apprend le français dans la rue et les bistrots, puis travaille un temps pour France-Observateur. Grâce à une rencontre avec l’écrivain Chester Himes, il fait la connaissance de Cavanna et toute la bande d’Hara-Kiri. De 1964 à 1966, il collabore activement à la revue, signant « La chronique du gars qui sait de quoi il parle » et prépubliant en grande partie Le Chinois du XIVe, illustré par Topor (dont l’unique édition, suite à la seconde interdiction de la revue, paraîtra chez Jérôme Martineau en 1966). Il y adapte aussi La Reine des pommes en BD avec Wolinski et traduit la première version française du fameux magazine d’humour Mad (8 numéros, 1965-66). À la fin des années 1960, il retourne aux États-Unis où il continue d’écrire, d’enregistrer des disques et réalise plusieurs longs-métrages, dont Sweet Sweetback’s Baadasssss Song (1971), le film fondateur du cinéma de « Blaxploitation », influence majeure de Spike Lee à John Singleton. Toujours actif, notamment avec son groupe Laxative (« pour faire chier les gens »), Melvin Van Peebles vit aujourd’hui à New York.
 
« Melvin, son cinéma, c’est le négro américain dessalé cigare au coin du bec j’emmerde les gros cons de blancs je méprise les négros qui ne sont que des négros. Tout Harlem dans un verre, Melvin. » (CAVANNA, Bête et méchant)
 




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.