Dimanches d'un bourgeois de Paris (Les)
Dimanches d'un bourgeois de Paris (Les)
Maupassant, Guy de  
  • Éditeur : Manucius
  • Collection : Littéra
  • EAN : 9782845782648
  • Code Dimedia : 000129523
  • Format : Livre numérique EPUB
  • Thème(s) : LITTÉRATURE - FICTION & ESSAI
  • Sujet(s) : Humour, Nouvelles
  • Prix : 12,99 $
  • Paru le 16 avril 2012
  • Plus d'informations...
EAN: 9782845782648

Aussi disponible en version numérique:

pdf_25

En mai 1880, à l’instar de J.-K. Huysmans, Guy de Maupassant, qui vient de connaître un premier grand succès littéraire avec Boule de suif, est sollicité par Arthur Meyer, propriétaire du Gaulois, pour écrire une chronique hebdomadaire dans son journal.
Dès le 21 mai, le patron de presse annonce à ses lecteurs qu’« un bataillon renouvelé de chroniqueurs, pris parmi les jeunes, nous donnera presque chaque jour un article de tête qui sera intéressant, j’en réponds : nous aurons (…), Les dimanches d’un bourgeois de Paris, par Guy de Maupassant, le jeune maître en qui Flaubert voyait déjà son continuateur ; Les Mystères de Paris, par M. Huysmans, un réaliste de la nouvelle école ».

Désireux d’écrire pour les journaux, Maupassant accepte l’offre de Meyer et produit entre les mois de mai et août une dizaine d’articles (ou nouvelles) qui narre les aventures de Monsieur Patissot, figure caricaturale du parfait bureaucrate, cousin proche de Bouvard et Pécuchet ou de Messieurs Berrichon et Bougran.

Patissot donc, modeste employé de bureau, voit son existence bouleversée le jour où il apprend qu’il est menacé d’apoplexie s’il ne s’adonne pas à l’exercice physique. Pour satisfaire aux recommandations de la faculté, il décide de bouleverser son quotidien en dédiant ses fins de semaines à la promenade. Ces excursions vont bien entendu donner prétexte à diverses aventures, qui vont conduire le lecteur à apprécier le ridicule, la bêtise de cette petite bourgeoisie, aux revenus aussi étroits que ses idées ; mais également à découvrir les environs de Paris à la fin du XIXe siècle, où s’aventurer jusqu’à Colombes, Sèvres ou Meudon représentait encore une véritable expédition.

Extrait

Toute sa vie avait été sédentaire. Resté garçon par amour du repos et de la tranquillité, il exécrait le mouvement et le bruit. Ses dimanches étaient généralement passés à lire des romans d’aventures et à régler avec soin des transparents qu’il offrait ensuite à ses collègues. Il n’avait pris, en son existence, que trois congés, de huit jours chacun, pour déménager. Mais quelquefois, aux grandes fêtes, il partait par un train de plaisir à destination de Dieppe ou du Havre, afin d’élever son âme au spectacle imposant de la mer.
. Il vivait depuis longtemps tranquille, avec économie, tempérant par prudence, chaste d’ailleurs par tempérament, quand une inquiétude horrible l’envahit. Dans la rue, un soir, tout à coup, un étourdissement le prit qui lui fit craindre une attaque. S’étant transporté chez un médecin, il en obtint, moyennant cent sous, cette ordonnance :
« M. X..., cinquante-deux ans, célibataire, employé. - Nature sanguine, menace de congestion. - Lotions d’eau froide, nourriture modérée, beaucoup d’exercice.
« Montellier, D.M.P. »




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.