C'est le coeur qui meurt en dernier
C'est le coeur qui meurt en dernier
Lalonde, Robert  
  • Éditeur : Boréal
  • Collection : Littérature
  • EAN : 9782764632888
  • Code Dimedia : 000126349
  • Format : Livre numérique PDF
  • Thème(s) : ART DE VIVRE & VIE PRATIQUE, LITTÉRATURE - FICTION & ESSAI, SCIENCES HUMAINES & SOCIALES
  • Sujet(s) : Deuil / Mort, Littérature québécoise, Relation avec la mère, Vieillesse
  • Prix : 11,99 $
  • Paru le 1 novembre 2013
  • Plus d'informations...
EAN: 9782764632888

Aussi disponible en version numérique:

ePub_25

Finaliste au Prix du Gouverneur général 2014.

Il n’y a qu’un écrivain de tout premier plan qui puisse ainsi transformer l’autobiographie en une œuvre qui arrive à toucher de manière inoubliable chacun d’entre nous. 

 
Robert Lalonde évoque de façon bouleversante celle qui fut sa mère, femme piégée par le destin et qui d’outre-tombe continue d’entretenir avec son fils un rapport de tendresse et de bataille. 
 
Ce n’est que plusieurs années après sa mort qu’il procède finalement à  l’écriture de ce récit qu’il porte en lui depuis plus de quarante ans. Sans tomber dans l’anecdotique, il réussit à dresser un portrait vivant et émouvant de cette femme dans lequel le lecteur reconnaît la relation parfois douloureuse, parfois trop aimante, mais toujours marquante, que l’un entretient avec sa mère. 

AUTEUR(S)

Robert Lalonde est né à Oka en 1947 et mène en parallèle des carrières d’acteur et d’écrivain. Il est l’auteur de nombreux romans, dont Que vais-je devenir jusqu’à ce que je meure? (2005), de nouvelles, Un coeur rouge dans la glace (2009) et de carnets, Le Seul Instant (2011), tous parus aux Éditions du Boréal. Il a reçu de nombreux prix littéraires, dont le Prix du Gouverneur général en 1994 pour Le Petit Aigle à tête blanche (Seuil). 

Extrait

Inquiète, énervée, volubile au-delà de ton accoutumée, tu cherchais à me confier le fin mot de ton histoire, la réponse enfin à ta question lancinante – « J’ai été qui, j’ai été quoi, peux-tu me le dire? » – mais arrangée dans un charabia inintelligible, où revenaient sans finir, comme le refrain traînant d’une complainte, mes trois prénoms, chantonnés tristement, à la manière des prières que je marmonnais autrefois sans comprendre ce qu’elles voulaient dire.
 
« (...) J’ai été celui qui a eu raison de t’aimer, puis raison de te haïr et de m’enfuir, raison de faire ma vie loin de toi, et finalement raison de rentrer, même s’il se fait tard ».




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.