Mémoires de Sophie - Amélie et Pauline
Mémoires de Sophie - Amélie et Pauline
Romans d'émigration (1789-1800)
Madame de Duras  
Diethelm, Marie-Bénédicte (Introduction de) 
  • Éditeur : Manucius
  • Collection : Littéra
  • EAN : 9782845781368
  • Code Dimedia : 19700136
  • Format : Broché
  • Thème(s) : LITTÉRATURE - FICTION & ESSAI, SCIENCES HUMAINES & SOCIALES
  • Sujet(s) : Biographie / Récit biogra., Histoire générale, Littérature - Essai / Critique, Littérature française
  • Pages : 208
  • Prix : 25,95 $
  • Paru le 23 janvier 2012
  • Plus d'informations...
EAN: 9782845781368

Aussi disponible en version numérique:

pdf_25ePub_25

Claire de Kersaint, duchesse de Duras (1777-1828), a connu une grande célébrité de son vivant. Amie fidèle de Chateaubriand qui la nommait sa « sœur », elle a tenu sous la Restauration le plus important salon de Paris. Elle y réunissait des savants comme Cuvier, Humboldt ou l’astronome Arago, des érudits comme Abel Rémusat, des écrivains comme Chateaubriand et Lamartine, de grands politiques comme Talleyrand ou Benjamin Constant, ainsi que des étrangers avides de s’initier aux mœurs et à la conversation française. Si Madame de Duras a laissé le souvenir d’une grande dame supérieure à l’esprit de parti, elle doit demeurer également comme écrivain. Ses romans lui ont valu une renommée européenne, dépassant largement l’audience de son salon, si fréquenté qu’il ait été. Ourika et Édouard, publiés en 1824 et 1825, ont connu d’immenses ventes. Le troisième ouvrage de Claire de Duras, Olivier ou le Secret, a fait scandale avant même de pouvoir paraître. Abordant le sujet délicat de l’impuissance, il a suscité une curiosité intense et une mystification littéraire : Henri de Latouche, journaliste et romancier alors fort actif, rédigeant en 1826 un faux Olivier qu’il publie anonymement de manière à le faire passer pour un nouvel écrit de Claire de Duras. Très atteinte par cette machination, la duchesse cesse alors de publier ses romans : Olivier ou le Secret, resté enfoui dans des archives familiales, n’a paru dans sa version intégrale qu’en 2007, près de deux cents ans après son achèvement.

D’autres ouvrages de Madame de Duras restent à découvrir. Sont ici réunis deux romans se passant entre 1788 et 1800 : Mémoires de Sophie et Amélie et Pauline, sans doute rédigés en 1823 et 1824. Fille du comte de Kersaint, membre de la Convention qui, ayant refusé de voter la mort du roi, a été guillotiné en décembre 1793, Claire de Kersaint, future duchesse de Duras, a connu les routes et les aléas de l’exil qu’elle peint dans les deux ouvrages que nous proposons, ici, de publier. Témoignages historiques de première main, ces écrits constituent également une magnifique mise en scène romanesque de l’émigration. Celle-ci fut-elle une erreur, une expiation ou bien une faute ? Et surtout comment vivre ce bouleversement produit par la Révolution française et peut-on survivre dans un monde aussi radicalement transformé ? Ce sont quelques-unes des questions que pose Madame de Duras dans ces romans écrits dans une langue qui tient sa perfection du dix-huitième siècle finissant et sa douloureuse trame intime d’un sentiment prématurément romantique. Lue avec attention par Stendhal, grand lecteur d’Édouard, et qui lui emprunte le motif de l’impuissance pour écrire Armance en 1826, Claire de Duras mérite d’être mieux reconnue par les lecteurs de notre temps.

AUTEUR(S)

Marie-Bénédicte Diethelm, dix-neuviémiste, spécialiste de Balzac et de Chateaubriand, a publié de nombreux articles sur ces deux écrivains. Elle a retrouvé et identifié Olivier ou le Secret, ce roman de Claire de Duras qui semblait avoir définitivement disparu. Cet écrit recouvré a été édité par ses soins à la suite de Ourika et Édouard (Gallimard, coll. « Folio classique », 2007). Elle prépare également l’édition de la correspondance de Chateaubriand et de Claire de Duras (en grande partie inédite).




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.