Trop tard
Trop tard
Fin d'un monde et le début d'un nouveau (La)
Mead, Harvey  
  • Éditeur : Ecosociété
  • Collection : Ecosociété
  • EAN : 9782897193621
  • Code Dimedia : 000170937
  • Format : Broché
  • Thème(s) : NATURE, ANIMAUX & ÉCOLOGIE
  • Sujet(s) : Écologie / Environnement
  • Pages : 280
  • Prix : 27,00 $
  • Paru le 13 novembre 2017
  • Plus d'informations...
EAN: 9782897193621

Aussi disponible en version numérique:

pdf_25ePub_25

Pour le vétéran de la scène environnementale québécoise Harvey Mead, le constat est sans appel : il est trop tard pour préserver la vie que nous connaissons et il est impératif de réfléchir à définir les contours de nouvelles sociétés. Depuis la publi­cation du rapport du Club de Rome en 1972, qui posait frontalement l’impossibilité d’une poursuite de la croissance et qui servit de bous­sole au mouvement écologiste, la situation n’a fait qu’empirer. Les émissions de gaz à effet de serre poursuivent leur croissance, les changements climatiques s’accélèrent, la pollution est toujours aussi présente…

Pour Mead, l’idée d’une transition « douce » pour modifier la tra­jectoire délétère sur laquelle nous sommes maintenant engagés est maintenant impossible. C’est l’un des auteurs du rapport du Club de Rome lui-même, Dennis Meadows, qui le mentionnait il y a quelques années : « Il est trop tard pour le développement durable ». Constat lucide partagé par Mead, pour qui il est urgent qu’il soit aussi intégré par les défenseurs de l’environnement et ceux et celles qui militent pour un changement social. Constat qui n’empêche toutefois pas l’auteur de soutenir qu’il est toujours temps de réfléchir à ce devra être notre monde suivant l’effondrement désormais inévitable, pour éviter que celui-ci ne sombre dans le chaos et soit synonyme de reculs sur le plan social.

C’est pourquoi, après avoir exposé dans une première partie le trip­tyque de l’échec (mouvement environnemental, mouvement social, sensibilisation), l’auteur cherche à identifier les matériaux à partir desquels penser le monde de demain. Des matériaux pour tracer le portrait possible d’un nouveau système socioéconomique pour le Québec. Or, comme le souligne avec justesse l’auteur, cette tâche sera impossible si les forces vives du changement continuent à réfléchir à l’intérieur du paradigme dominant qui veut qu’il soit possible de sim­plement corriger, mais sans revoir les fondamentaux de nos sociétés. Il faut donc sortir du cadre néoclassique qui place la croissance éco­nomique au coeur de notre développement.

Combattre l’inertie idéologique ambiante, brasser la cage, tel est en somme l’objectif d’Harvey Mead. L’auteur est convaincu que nous n’avons pas d’autre choix : soit nous changeons notre système par un effort communautaire massif, ce système s’effondrera sous le poids de ses excès, qu’ils soient économiques, sociaux ou écologiques. Si certains se refusent toujours à entendre ce message, à réaliser que l’effondrement est à nos portes – confortant la thèse que, d’une cer­taine façon, il est trop tard… –, l’auteur refuse néanmoins de sombrer dans un pessimisme sans suites.
 

AUTEUR(S)

Docteur en philosophie des sciences, Fondateur de Nature Québec, Harvey L. Mead est une sommité dans le milieu de l’environnement depuis plus de 40 ans au Québec, au Canada et à l’échelle internationale. Premier sous-ministre adjoint au Développement durable du Québec en 1990-1991 et premier Commissaire au développement durable du Québec (2007-2008), il est l’auteur de L’indice de progrès véritable du Québec. Quand l’économie dépasse l’écologie (MultiMondes, 2011) et anime le blogue <harveymead.org>.
 




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.