Un pays en commun
Un pays en commun
Socialisme et indépendance au Québec
Martin, Eric  
  • Éditeur : Ecosociété
  • Collection : Polémos
  • EAN : 9782897193232
  • Code Dimedia : 000170934
  • Format : Broché
  • Thème(s) : SCIENCES HUMAINES & SOCIALES
  • Sujet(s) : Politique, Politique - Québec / Canada, Socialisme / Communisme / Marx
  • Pages : 272
  • Prix : 22,00 $
  • Paru le 23 octobre 2017
  • Plus d'informations...
EAN: 9782897193232

Aussi disponible en version numérique:

pdf_25ePub_25

Simone Weil disait que l’enracinement est le bien le plus précieux de l’âme. Notre monde, pourtant, souffre du déraci­nement. Le libéralisme individualiste et amoral et le capita­lisme globalisé et apatride laissent chacun seul en face des marchés et des organisations où il devra performer. Depuis le discrédit du marxisme officiel, la gauche a abandonné tout projet de transforma­tion globale de la société, s’attaquant plutôt aux formes d’exclusion et aux limites entravant l’expression de la singularité. La droite et même l’extrême-droite ont repris le terrain délaissé par la gauche : c’est aujourd’hui chez les néo-conservateurs et les Front National de ce monde que l’on trouve la défense la plus forte de la souveraineté et du commun contre la mondialisation. Horrifiée par ces néo-com­munautarismes, la gauche cherche à tout prix à se distancier de « l’identitaire » honni et assimilé au racisme et à la xénophobie. Le débat politique spectaculaire est ainsi verrouillé entre libéraux mul­ticulturels ou ceux qu’on considère xénophobes-suspects.
 
En France, certaines initiatives remettent de l’avant la pensée de la commune (Comité invisible), du Commun (Dardot et Laval), voire même du « souverainisme de gauche » et de la république sociale (Lordon). On renoue aussi avec une perspective institutionnaliste absente depuis Castoriadis. Or, il existe au Québec une riche tradi­tion de réflexion sur l’articulation entre émancipation sociale et sou­veraineté qui mérite d’être remobilisée : Hubert Aquin, Marcel Rioux, Pierre Vadeboncoeur, Fernand Dumont, Michel Freitag, Parti Pris et d’autres invitent à penser ensemble socialisme décolonisateur, indé­pendance et laïcité dans une perspective humaniste. Étrangement, ces idées sont absentes des débats actuels, qui nous laissent avec l’économie sociale, l’autonomisme de la CAQ et de sempiternels débats sur le voile.
 
Remobiliser aujourd’hui le triptyque socialisme-indépendance-laï­cité dans une perspective institutionnaliste permettrait de faire accé­der la jeunesse à une autre lecture que les approches individualistes ou néo-conservatrices réifiées. De cesser de confondre « l’identitaire » méchant avec l’identité, la nation avec le nationalisme chauvin, etc. Si les premiers sont certes à refuser, les deuxièmes sont des réalités sociologiques qui n’ont pas disparu bien qu’on travaille fort à leur oubli dans l’imaginaire. Or, nous ne sommes pas rien, et si nous vou­lons éviter de le devenir, il faut vite réarticuler contre le capitalisme globalisé un projet de république sociale, indépendante, écologiste et laïque au Québec, projet que promeut et expose avec brio Eric Martin dans ce livre qui risque de susciter quelques remous. C’est Gaston Miron qui disait : « Nous ne serons jamais plus des hommes si nos yeux se vident de leur mémoire. »

AUTEUR(S)

Eric Martin est professeur au département de philosophie du Collège Édouard-Montpetit. Il a coécrit ou codirigé, avec Maxime Ouellet, Université inc. Des mythes sur la hausse des frais de scolarité et l’économie du savoir (Lux, 2011) et La tyrannie de la valeur. Débats pour le renouvellement de la théorie critique (Écosociété, 2014).
 




NB : Les prix indiqués sont sujets à changements sans préavis.